La géopolitique des métaux de la transition énergétique

La géopolitique des métaux de la transition énergétique

Pour réussir sa transition énergétique, notre économie va devoir passer de “l’or noir” à “l’or blanc” (le lithium) ainsi qu’à d’autres métaux de plus en plus “critiques”… Une nouvelle géopolitique se dessine. 


1 Les batteries, les éoliennes, les panneaux solaires photovoltaïques… sont fabriqués avec des métaux tels que le lithium, le cuivre, le cobalt, le nickel, le graphite, et des terres rares telles que le néodyme, le dysprosium et le bore, soit 26 matériaux considérés comme stratégiques par la Commission européenne.  

2 La demande est en forte hausse…

  • La demande en cobalt liée aux batteries a augmenté de 10 % par an entre 2013 et 2020, et augmentera probablement de 30 % par an d’ici 2025 (source : Cobalt Institute). 
  • La demande en lithium et cobalt – toutes technologies confondues – triplerait entre 2030 et 2050, et celle en dysprosium et néodyme doublerait (source : Commission européenne).
  • La demande en lithium, uniquement pour les batteries de véhicules électriques, devrait être multipliée par 70 dans les décennies à venir (source : International Energy Agency).

… en raison de technologies plus “gourmandes”.

  • Un véhicule électrique utilise 6 fois plus de ressources minérales qu’une voiture à énergie fossile.
  • Une ferme d’éoliennes offshore utilise 9 fois plus de ressources minérales qu’une usine à gaz de taille comparable. 

3 Face à cette demande accrue, certains investisseurs anticipent un nouveau supercycle des matières premières (hausse durable des prix). Les levées de fonds se multiplient pour développer de nouvelles mines ou créer des fonds d’investissement spécialisés (Vision blue par exemple).

« It’s a gold rush on steroids.” Simon Moores, managing director of Benchmark Mineral Intelligence

4 L’offre est aujourd’hui insuffisante. La pénurie menace, le risque étant un ralentissement de la transition écologique.

5 De nouveaux enjeux géopolitiques. L’extraction et la production de ces matériaux sont concentrées dans quelques pays qui occupent de ce fait un nouveau rôle dans le concert des nations. La question de la sécurité de l’approvisionnement et de la dépendance se pose, notamment pour l’Union européenne, envers la Chine mais aussi l’Amérique latine et l’Afrique. 

6 L’extraction et la production de ces matériaux peuvent avoir des répercussions négatives importantes.

Un impact environnemental : 

Un impact humain :  

  • conditions de travail particulièrement dures dans les mines
  • recours au travail des enfants (extraction du cobalt)

7 Des solutions sont à l’étude pour prévenir pénuries, dépendance et pollution :

  • De nouvelles technologies moins dépendantes des minerais (le fabricant chinois SVOLT vient de dévoiler la première batterie sans cobalt).
  • De nouveaux procédés métallurgiques augmentant les rendements d’extraction.
  • Enfin, un meilleur recyclage : le lithium, l’aluminium, le cobalt et le cuivre peuvent être collectés et recyclés. Aujourd’hui, 65 % des batteries lithium, en moyenne, sont recyclées. 

La leçon à retenir 

L’énergie la plus propre est toujours celle qu’on ne consomme pas… 

Pour aller plus loin 


Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi. Et n’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi nous retrouver sur LinkedinTwitterFacebook ou Instagram !