DALL.E, l’imagination au pouvoir 

1DALL.E est un programme d’intelligence artificielle qui crée des images de toutes pièces, sur la base de quelques mots de description. Ça laisse rêveur car il ne s’agit pas d’aller puiser dans une base de photos mais bel et bien de créer des images « non existantes ». 

Par exemple, pour le texte “a female mannequin dressed in a black leather jacket and gold pleated skirt”, Dall.E crée ces images de vêtements qui n’existent pas : 

2Certes, les outils de génération d’images à partir de texte existent depuis déjà quelques années. Toutefois, DALL·E est le seul outil capable de combiner des concepts – ce qui est le propre de la créativité humaine – et de générer une image en “remplissant les blancs” entre ces concepts.  

Un exemple…

Pas sûr que nous ayons envie de les avoir tous dans notre salon mais c’est quand même impressionnant !

3Quelques cas d’usage potentiels de DALL·E

  • Les architectes pourront montrer immédiatement à leurs clients le fruit de leur imagination (une profusion de nouveaux Frank Gehry à prévoir ?).
  • Les archéologues pourront recréer des univers disparus.
  • Les designers pourront développer des concepts créatifs encore plus… créatifs. 
  • Les concepteurs de jeux vidéo pourront développer sans limite leur monde d’immersion.
  • Bref, tous les métiers utilisant l’image pourront être concernés… 

4Contraction de Dalí, le peintre surréaliste, et de WALL.E, le robot du film de Pixar, DALL·E est un mot-valise synthétisant l’ambition de ce projet : croiser l’imagination humaine, la technologie et le storytelling.

5DALL·E est un réseau neuronal entraîné à créer des images à partir de texte. Il s’agit d’une version à 12 milliards de critères de GPT-3 (175 milliards de paramètres), le modèle de traitement du langage naturel permettant de générer du contenu écrit, digne d’un texte rédigé par un humain (voir notre article sur l’Intelligence Artificielle)

6DALL·E a été développé par Open.ai, société américaine à « but lucratif plafonné », réunissant Sam Altman (ex-président de Y combinator), Reid Hoffman (fondateur de Linked-In), Elon Musk (Tesla, SpaceX) puis Microsoft… L’objectif est de s’assurer que l’Intelligence Artificielle ne soit pas captée par quelques-uns mais bénéficie bien à l’humanité toute entière. 

7OpenAI a refusé de communiquer le code source de DALL.E, ne mettant à disposition que des démos. La raison invoquée ? OpenAI souhaite évaluer les impacts que la création d’images réalistes ex-nihilo peut avoir sur nos sociétés. Voilà qui semble sage !

La leçon à retenir 

Ne rêvons pas trop : nous ne sommes pas près d’utiliser DALL-E pour nos créations et ce n’est peut-être pas si mal finalement…  

Pour aller plus loin



Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi vous abonner à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi.