Le Hepeating ou rendre à Césarine ce qui appartient à Césarine…

Le Hepeating

Aujourd’hui, petite leçon de vocabulaire… Commençons par le “hepeating” avant de poursuivre avec le “mansplaining” et le “manterrupting”.


1 Le “hepeating” (HE-peating au lieu de RE-peating) est ce phénomène étrange par lequel une idée – brillante bien sûr – passe inaperçue lorsque c’est une femme (SHE) qui l’exprime, mais devient digne d’intérêt lorsque l’un de ses collègues ou amis (HE) l’exprime quelques minutes après elle.

2En clair, le “hepeating”’est l’appropriation par un homme des commentaires ou idées d’une femme, celui-ci en retirant tout le mérite comme s’il en était le véritable auteur. 

3Cette attitude peut – parfois – être inconsciente car elle s’inscrit dans un contexte culturel où les hommes sont “éduqués” à s’imposer et les femmes à écouter.

4Comment tenter d’y remédier ? Quelques pistes…

  • En faire prendre conscience : discussions, articles, affichettes dans l’espace café…
  • Rappeler que VOUS êtes à l’origine d’une idée ou d’un commentaire : “comme je le disais tout à l’heure…”.
  • Soutenir votre collègue femme ou votre amie, en mentionnant que cette idée ou ce commentaire était initialement le sien : “merci d’avoir relayé l’idée de madame XXX…”.
  • Préparer à l’avance des formules élégantes mais fermes… et les apprendre par cœur pour ne plus jamais être pris(e) au dépourvu, même quand la moutarde vous monte au nez !

5Le “hepeating” n’est pas seul au monde et est même très bien accompagné :

  • le « mansplaining » lorsqu’un homme vous explique avec condescendance ce que vous savez déjà, voire ce que vous venez vous-même d’expliquer ou que vous pratiquez chaque jour dans votre job ;
  • le “manterrupting” lorsqu’un homme non seulement vous coupe la parole mais continue à parler en même temps que vous…

6Ces phénomènes sont nocifs pour toute la société car, malgré leur excellente réussite scolaire (les filles ont de meilleurs résultats que les garçons) et souvent un début de carrière remarquable, les femmes se découragent et finissent par se retirer de la compétition. Une vraie perte de richesses…

7Un commentaire, une idée “volés” ? Et que dire des travaux de toute une vie ? Même Marie Curie a failli ne pas avoir son premier Prix Nobel, attribué dans un premier temps uniquement à son mari (et à Henri Becquerel) ! Heureusement, un second Prix Nobel lui fut décerné en propre pour l’ensemble de ses travaux, quelques années plus tard. Le jour où l’épouse d’un “grand homme” recevra une récompense à sa place…


La leçon à tirer

En attendant, nous pouvons tous faire “l’exercice du miroir” : inverser les rôles lorsqu’une situation nous semble “étrange”… Un bon révélateur de discrémination ordinaire.

Pour aller plus loin



Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi vous abonner à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi.