Les checklists de Atul Gawande

Les checklists de Atul Gawande

1Atul Gawande, célèbre chirurgien américain, est l’auteur du bestseller The Checklist Manifesto: How To Get Things Right dans lequel il réhabilite un outil humble mais toujours révolutionnaire : la checklist qui certes ne paie pas de mine mais peut sauver des vies ou, plus modestement, notre job ou la paix dans nos foyers.

2Atul Gawande est parti d’une expérience menée par Peter Pronovost, spécialiste des soins intensifs à l’hôpital de Baltimore. Constatant que des infections surviennent après la pose de cathéters, il décide de tester dans son service une checklist reprenant les 5 étapes que doivent suivre les médecins. Se laver les mains, désinfecter la peau du patient, recouvrir le patient d’un drap stérile, porter un équipement stérile, et enfin recouvrir la plaie d’un pansement. Facile !

Résultat ? Dans un cas sur trois, au moins une étape n’était pas effectuée correctement. Grâce à l’application stricte de la checklist, le taux d’infection passe de 11 % à 0 %, soit huit décès évités. Des vies sauvées par une simple liste à cocher !

3Cette expérience nous montre que nos erreurs – facilement évitables – sont parfois dues à notre ignorance mais le plus souvent à de simples oublis. Une check-list bête et méchante mais établie à froid, sans stress, permet une bonne fois pour toutes de les éviter. Gawande vient ainsi nous rappeler que nos comportements l’emportent sur notre expertise.

4Comportement, le mot est lâché ! La checklist de Gawande s’inscrit dans la lignée de l’économie comportementale. Des premiers travaux de Kahneman et Tversky dans les années 70 jusqu’à ceux d’Esther Duflo aujourd’hui et des théoriciens du nudge (tous nobélisés !), nous connaissons aujourd’hui les nombreux biais humains qui déterminent nos comportements et nos décisions.

5Selon les comportementalistes (MeelhDawes…), les décisions importantes devraient être laissées à des formules et non aux avis d’experts. Pas besoin d’algorithmes complexes : quelques règles simples, bien pensées et décidées à l’avance suffisent… comme une checklist.

6Pour éviter nos failles comportementales, deux types de checklists sont utiles : les checklists de tâches pour automatiser nos routines, et les checklists de communication garantissant que TOUT le monde a bien les mêmes informations et suit les mêmes procédures.

7Pour Gawande, les bénéfices des checklists doivent s’étendre non seulement à tous les univers complexes et/ou à risque, mais aussi à nos vies quotidiennes. Utiliser des check-lists nous enlève de la charge mentale, nous évite de perdre du temps à réparer nos oublis, et nous laisse finalement plus d’espace pour être créatif et profiter de la vie…


La leçon à retenir

Plus qu’un outil, la check-list est un état d’esprit. Dans un monde où la technologie est tant valorisée, on néglige les outils de base. Et pourtant…

Pour aller plus loin


Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi. Et n’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi nous retrouver sur LinkedinTwitterFacebook ou Instagram !