Les protéines alternatives

Les protéines végétales

 1Toujours plus de viande. La production de viande continue à augmenter dans le monde : 345,6 millions de tonnes prévus en 2021 contre 337,2 en 2019 (chiffres : FAO). A titre de comparaison, la production était d’environ 200 millions en 2000. La quantité moyenne de viande consommée dans le monde a presque doublé entre 1961 (23 kg par personne par an) et 2014 (43 kg). La croissance démographique et le développement des pays à revenu intermédiaire (Chine et Asie de l’Est) expliquent cette consommation effrénée.

2 Une pression environnementale insoutenable. La consommation de viande présente non seulement des risques pour la santé (cancers et maladies cardio-vasculaires) mais aussi pour notre environnement. 15 kg de céréales et 15 000 litres d’eau sont nécessaires pour produire 1 kg de viande. L’élevage compte à lui seul pour 14 % des émissions globales de gaz à effet de serre, toujours selon la FAO. Bref, ce n’est pas tenable… 

3L’heure des protéines alternatives. Trois autres familles de protéines peuvent remplacer la viande, les oeufs et les produits laitiers : 

4Une matière première végétale essentielle. Avec un taux de protéines similaire à celui de la viande, le modeste pois jaune connaît une gloire soudaine. Longtemps réservée à l’alimentation animale, cette légumineuse est sans allergène, sans gluten, sans OGM, nécessite 40 fois moins d’eau que le blé et un apport très réduit d’engrais chimique. Une aubaine ! Mais cette demande croissante fait peser le risque d’une hausse des prix. Par conséquent, d’autres légumineuses font aussi l’objet d’un intérêt accru…  

5Un marché colossal. Selon l’étude du Boston Consulting Group et de Blue Horizon Corp, le marché des protéines alternatives devrait représenter au moins 290 milliards de dollars d’ici 2035. Voilà qui donne envie de créer (et financer) des start-ups ! Si, en plus, c’est bon pour la planète… 

6Le capital risque en première ligne. Ainsi, selon Crunchbase, les investisseurs ont injecté environ 4,2 milliards de dollars dans plus de 363 projets, depuis 2016. La tendance s’accélère puisque l’année 2020 a vu une croissance de 101 % par rapport à 2019, avec près de 2 milliards de dollars.

7Des premières stars

  • NotCo (lait, mayonnaise, crème glacée, hamburgers végétaux) vient de rejoindre le gang des licornes.
  • Impossible Foods (hamburgers, nuggets et saucisses végétaux) a levé 700 millions de dollars en Séries F et Séries G, en 2020. 
  • Beyond Meat, introduit en bourse en 2019, a vu le cours de son action passer de 25 dollars à 135 dollars, mi-2020.
  • Oatly, premier producteur mondial de lait d’avoine, a fait une entrée en fanfare à la Bourse de New York, en mai 2021. 

La leçon à retenir 

Avec la pandémie, nous nous sommes adaptés très vite à des comportements qui nous semblaient inconcevables “avant”. Peut-être qu’oublier la viande, finalement, ce ne serait pas si dur… et pourrait rapporter gros ! 

Pour aller plus loin 



Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi vous abonner à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi.