Polywork, le nouveau LinkedIn ?

Polywork veut détrôner LinkedIn

1 Polywork ambitionne de détrôner LinkedIn comme réseau social professionnel de référence. Même si LinkedIn revendique plus de 756 millions d’utilisateurs et 10 milliards de dollars de chiffre d’affaires, Polywork estime que le réseau leader est désormais vieillissant. Créé en 2002, Linkedin va bientôt fêter ses 20 ans, une éternité dans le monde de la tech.

2 Peter Johnston, le fondateur de Polywork, n’y va pas par quatre chemins. Selon lui, LinkedIn est avant tout une base de CV format XXème siècle, qui ne dit rien des qualités réelles d’une personne car il faut entrer dans des cases imposées plutôt que de mettre en avant sa personnalité.

“Our pitch is basically reframing what LinkedIn is trying to do. Like, how useful is a CV with a list of skills, really? To me it’s not about what skills you have, but about what you actually do with them”

3 Polywork compte bien exploiter les failles qu’il a décelées dans la cuirasse de LinkedIn, en proposant de reprendre le contrôle de son identité.

  • Un profil multi-facette : Les profils PolyWork intègrent vos différentes activités professionnelles et personnelles, en ajoutant des badges pour mieux définir qui vous êtes réellement. 
  • Pas de Like : Polywork vous épargne le stress du nombre de Likes après chaque publication et la tyrannie du concours de popularité.
  • Moins de nuisances : Polywork limite les sollicitations non souhaitées de personnes que vous ne connaissez pas mais qui vous recommandent pour des qualités que vous ignoriez avoir…

4 Lancé en avril 2020, Polywork a opté pour une politique de recrutement par invitation, s’inscrivant dans la stratégie de cooptation et de “peur de rater quelque chose”, qui a fait le succès de ClubHouse notamment. Donc, pour vous inscrire à Polywork, soit vous disposez du sésame de la recommandation d’un de vos contacts déjà membre, soit vous vous inscrivez sur la liste d’attente, riche de 25 000 personnes à ce jour…

5 Le talent et le cash n’attendant pas le nombre des années, Polywork vient de lever 13 millions de dollars pour poursuivre sa croissance explosive. Mais, au-delà des chiffres, c’est surtout le casting des investisseurs qui impressionne. On y retrouve tout le gratin de la Silicon Valley : le fonds « iconique » A16Z mais aussi les frères Collison, fondateurs de Stripe, l’un des cofondateurs d’Instagram et même Ari Emanuel, l’agent star des stars d’Hollywood.

6 Près de 2 ans après le début de la pandémie et des confinements, d’après une étude de Monster, nous serions près de 95 % à penser à changer d’emploi ! Du ras-le-bol du télétravail à l’envie de passer à autre chose, les motivations ne manquent pas. Un timing parfait pour Polywork…

7 Les “polyworkers” mènent plusieurs emplois ou projets en parallèle. Cette tendance à la multi-carrière est de plus en plus répandue, surtout chez les millenials qui y voient un signe de liberté. Un état d’esprit plutôt compliqué à valoriser sur LinkedIn et un boulevard pour Polywork !


La leçon à tirer 

Non seulement nous ne sommes pas des numéros mais nous ne sommes pas non plus que des CV : nous sommes  des personnalités riches de nos activités professionnelles ET personnelles !

Pour aller plus loin


Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi. Et n’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi nous retrouver sur LinkedinTwitterFacebook ou Instagram !