La reconnaissance faciale

La reconnaissance faciale

Deuxième volet de notre série sur la vision artificielle : aujourd’hui la reconnaissance faciale, bien plus avancée qu’on ne le pense.


1La reconnaissance faciale consiste à identifier une personne grâce aux traits de son visage (notamment la distance entre le front et le menton ainsi qu’entre les deux yeux) à partir d’images fixes ou de vidéos. Toutefois, la reconnaissance faciale n’est utile que si elle est associée à des bases de données d’images, permettant de relier le « modèle numérique » à une personne réelle.

2Pour alimenter ces bases, inutile d’aller très loin : il suffit de profiter du phénomène selfie. Selon Google, 93 millions de selfies sont enregistrés chaque jour, sur Android… Une manie accentuée chez les 18-24 ans dont une photo sur trois est un selfie !

3Se positionnant comme leader mondial, Clearview a scanné tous les visages en libre accès sur le Web (réseaux sociaux, sites d’annonces…) parvenant ainsi à constituer une base de plus de 3 milliards de visages. Sa mission annoncée consistant à lutter contre la criminalité, il compte parmi ses clients plus de 3 000 organisations de maintien de l’ordre.

« Clearview’s mission is to drastically reduce crime, fraud and « risk in order to make communities safer and commerce secure. »

4 Côté Chine… Le pays n’en fait pas mystère : la reconnaissance faciale est une priorité nationale. Deux « géants » dominent ce marché :

  • Megvii qui a levé plus d’1,3 milliard de dollars depuis sa création en 2011 et compte Alibaba parmi ses actionnaires ;
  • Sense Time qui prépare son introduction en bourse à Hong Kong, afin de recueillir 2 milliards de dollars.

5 Selon Business Research Company, la croissance du marché de la surveillance s’annonce explosive, passant de 83 milliards de dollars en 2020 à 146 milliards en 2025.

6Côté Europe… Le continent se positionne en gendarme mondial de l’usage de la technologie. L’Union Européenne a été la première organisation à proposer une loi limitant le stockage des données relatives aux visages mais aussi à l’ADN, la voix et toutes les données biométriques.

7L’Union Européenne n’est pas la seule à s’alarmer : Amazon a suspendu la mise à disposition auprès de la police, de sa technologie de reconnaissance faciale. Mais surtout un mouvement anti-surveillance mobilise des activistes de plus en plus nombreux, diffusant des techniques de camouflage anti-reconnaissance (adversarial techniques comme celles proposées par CVDazzle).

La leçon à tirer

Au moment de publier votre prochain selfie, n’oubliez pas que la diffusion de votre visage ne se limitera pas à vos chers abonnés…

Pour aller plus loin



Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi vous abonner à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi.