Les zones bleues de la longévité

Les zones bleues de la longévité

1Les zones bleues sont ces régions géographiques – restreintes – où l’on vit beaucoup plus vieux qu’ailleurs et surtout en meilleure santé. Il en existe cinq dans le monde : 

  • la Barbagia en Sardaigne (Italie) 
  • l’île d’Icarie (Grèce)
  • la péninsule de Nicoya (Costa Rica)
  • l’île d’Okinawa (Japon) 
  • la communauté religieuse d’Adventistes du septième jour de Loma Linda (Californie)

2La première zone bleue a été identifiée dans le cadre d’une étude menée dès 1999 par le médecin sarde Gianni Pes et le démographe belge Michel Poulain. Prudents, ces chercheurs ont commencé par effectuer une stricte validation de l’âge réel de chaque centenaire résidant dans ces régions sardes où l’on vit particulièrement vieux. Ils ont ensuite créé un nouvel indicateur de longévité, le Extreme longevity index (ELI), à savoir le pourcentage de nouveaux-nés devenus centenaires, pour une période et une zone données. C’est en entourant au marqueur bleu la zone où se trouvaient les villages dans lesquels le plus grand nombre de centenaires étaient nés, qu’est apparue la première zone bleue

3Cette étude a permis de mettre en évidence les facteurs pouvant expliquer ce phénomène : 

  • caractéristiques génétiques communes
  • mêmes conditions de vie depuis l’enfance
  • mêmes traditions
  • même alimentation à base de produits locaux 
  • même environnement à la fois physique et humain

4Le concept de zone bleue a été ensuite étendu grâce à l’article The secrets of Long Life du journaliste américain Dan Buettner, comparant trois zones de longévité exceptionnelle : Okinawa, la Sardaigne et la communauté des Adventistes de Loma Linda en Californie.

5Poursuivant ses investigations avec le livre Blue zones – Où vit-on mieux et le plus longtemps ? et le site bluezones, Dan Buettner a établi une liste de 9 principes (non validés scientifiquement) favorisant la longévité :

  • Move naturally : favoriser l’activité physique naturelle et non l’activité physique artificielle et forcée.
  • Know your purpose : avoir un plan de vie que l’on puisse exprimer en se levant chaque matin.
  • Down shift : prendre le temps chaque jour pour méditer, faire la sieste, prier ou prendre du bon temps avec des amis.
  • 80 % rule : manger avec sagesse et s’arrêter de manger lorsque l’estomac est aux 4/5 plein.
  • Plant Slant : manger plus de légumes, fruits et céréales, moins de viande et moins de nourriture provenant de l’industrie alimentaire.
  • [email protected] : adopter un comportement sain par rapport à l’alcool.
  • Family First : mettre l’accent sur le rôle de la famille est essentiel avec une attention particulière aux enfants et aux parents âgés.
  • Belong : reconnaître l’importance de la religiosité et de l’appartenance à une communauté de foi, quelle qu’elle soit.
  • Right Tribe : étendre le cercle de ses amis peut largement contribuer au bien-être si l’on veille à y inclure des personnes bien-pensantes qui puissent vous soutenir.

6Pour résumer, les variables communes sont les suivantes :

  • une alimentation frugale essentiellement végétarienne
  • un exercice modéré, maintenu tout au long de la vie
  • une vie en plein air 
  • une très forte intégration sociale

7Enfin, il n’y a pas de magie malgré ce que laissent entendre certaines offres touristiques : ce n’est pas en passant dix jours dans une zone bleue que vous améliorerez votre espérance de vie ! 


La leçon à retenir 

Voilà qui nous rappelle furieusement le mode de vie de nos aïeuls pas si lointains, dans nos chères campagnes… les progrès de la médecine en plus !

Pour aller plus loin 


Cet article vous a plu ? N’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi vous abonner à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi.