La “Slack fatigue”

La “Slack fatigue”

On connaissait déjà la “Zoom fatigue” et l’addiction aux mails, voici venir la “Slack fatigue”. Youpi !


1On ne présente plus Slack, cet outil de travail collaboratif mêlant messagerie instantanée, groupe de discussion et email nouvelle génération, qui a transformé notre “espace de travail”.

2Créé en 2013, Slack a connu un succès fulgurant : 

  • Plus de 12 millions d’utilisateurs l’utilisent chaque jour.
  • Plus de 750 000 entreprises l’ont adopté dont 156 000 en version payante.

3 Le succès de Slack repose sur un usage simplissime malgré des capacités sans cesse croissantes (plus de 2 000 applications intégrables et 750 “bots”). L’ambiance se veut “cool”, rythmée par les alertes sonores (toc toc toc) signalant chaque message qui vous est destiné.

4Les utilisateurs de Slack peuvent tous en témoigner : le risque d’addiction est fort car, si un délai de quelques jours pour une réponse par mail est acceptable, sur Slack c’est en heures que se mesure la réaction attendue. D’autant plus que, dans sa version gratuite, seuls les 1 000 derniers messages sont conservés et que les nouveaux venus n’ont pas accès aux messages antérieurs.

5Avec son esprit communautaire exacerbé, Slack développe un sentiment de productivity shame. La contribution étant l’essence même de l’esprit de communauté, ne pas (assez) contribuer sur Slack devient culpabilisant. Ne seriez-vous donc pas digne de la communauté à laquelle vous appartenez ?

6Avec le télétravail, le nombre de messages mail ou Slack a fortement augmenté. “Puisque nous nous voyons moins “en vrai”, faisons preuve de présence sur les outils en ligne !” Le niveau de saturation est tel que, selon l’étude de Superhuman, 51 % des personnes interrogées citent la prolifération des mails et des messages Slack comme la raison n°1 pour quitter leur emploi.

7S’il est irréaliste d’envisager de supprimer Slack, un usage modéré est possible. Quelques conseils :

  • Le désinstaller de son téléphone ou tout au moins désactiver les notifications
  • Opter pour le mode silencieux pour éviter les “toc toc toc”… qui ruinent votre concentration
  • Se fixer une limite de temps passé sur Slack

La leçon à tirer

Slack est un outil de productivité génial qui peut vite devenir contre-productif en cas d’usage intensif…

Pour aller plus loin


Cet article vous a plu ? Abonnez-vous à notre Newsletter pour recevoir nos articles directement dans votre boîte mail chaque vendredi. Et n’hésitez pas à le faire suivre à vos amis… Vous pouvez aussi nous retrouver sur LinkedinTwitterFacebook ou Instagram !